Microferm, lauréat du Challenge de l'Innovation section jardinage et chevaux

Pouriture profonde de la fourchette

On estime que plus de 90 % des chevaux sont atteints d'infections de la fourchette et de la ligne blanche.

Une multitude de différents microorganismes, levures et champignons kératinophages (qui se nourrissent de kératine constituant les sabots)  sont à la base de ce problème. Ce qui crée un terrain favorable aux microbes de pourriture.



Ces infections, couramment désignées "pourriture profonde de la fourchette" sont douloureuses, obligent le cheval à poser la pince en premier au lieu du talon et l'empêchent de se propulser naturellement et avec de l'allure. Le symptôme sûr et non méconnaissable de l'infection de la fourchette est une fente au milieu de la fourchette, même si la fourchette semble en bon état. Ce symptôme est si répandu, qu'il est même considéré comme faisant partie de l'anatomie équine et est connu sous le nom "lacune médiane". La fourchette non atteinte de mycose ne présente qu'une dépression au milieu. C'est très probablement ce problème qui est à la base de la naissance du ferrage, soulevant la fourchette du sol pour dissimuler le problème de sensibilité.

La première condition, c'est donc que les talons soient suffisamment bas pour que la fourchette soit en contact ferme avec le sol, au lieu de soulever la fourchette du sol pour cacher le problème. La seule façon pour avoir une fourchette saine, c'est de faire en sorte que le cheval soit dans la possibilité de s'en servir, afin que les tissus sous-jacents aient suffisamment d'irrigation sanguine.


La pourriture profonde de la fourchette est directement liée aux conditions de vie du cheval domestique :

- un manque très considérable de mouvement, le ferrage et/ou les talons hauts, limitant le mécanisme du pied,

- la vie en box debout sur le fumier et l'urine,

- une nourriture trop riche en sucres et en hydrates de carbone.

retour